Court-Circuit pour la voiture électrique

14 novembre 2018

Court-Circuit pour la voiture électrique

 

Présentée comme la solution en matière de déplacement et la réponse à tous les problèmes de pollution de nos villes et nos champs, j’ai voulu tenter d’acheter une voiture électrique pour mon activité professionnelle mais je suis revenu avec une voiture propulsée au diesel.

Ma situation ?

Pour mon activité de formateur, je suis amené à voyager aux quatre coins de la Wallonie et de Bruxelles, que ce soit au centre de Liège, dans un zoning à Nivelles, à La Roche-en-Ardenne, à Mons, à Gosselies, à Wavre, bref, le seul moyen de locomotion acceptable en terme de mobilité c’est la sacro-sainte voiture. Et avec une moyenne de 30.000 km par an, je me suis présenté chez divers concessionnaires avec l’envie de faire un geste pour ma planète. Ma surprise a été grande … tous m’ont proposé le diesel comme carburant.

Une voiture électrique pour voiture principale ?

J’ai la chance d’habiter dans une habitation avec garage, l’accès à une prise électrique est assez facile. J’aurais habité en ville, j’aurais déjà pu oublier mon modèle électrique. L’absence de bornes dans les villes ne facilitent pas le rechargement. Par contre, dans mon joli quartier au sud de Charleroi, l’alimentation électrique n’est disponible qu’en monophasé. Avec une telle infrastructure, il n’est possible que de recharger 7 à 8 km d’autonomie d’une batterie par heure. Pour les 350 km de capacité de la batterie, il me faudrait donc plus de 40 heures pour une recharge complète. A part travailler un jour sur 2, il me sera donc impossible de disposer d’un véhicule capable

Que faire des batteries ?

Manganèse, phosphate de fer, lithium, composants quelques peu dangereux qui sont difficile à recycler. RECUPYL en partenariat avec les fabricants de batteries et les constructeurs automobiles s’engage à trouver un recyclage spécifique ces batteries. Le principe de recyclage, qui est aujourd’hui le seul, n’est donc pas à 100% écologique à cause de l’utilisation de métaux lourds ne pouvant être recyclés. Cette situation me fait étrangement penser aux déchets nucléaires dont on nous avait expliqué en son temps que les solutions seraient à venir. On attend toujours. Va-t-on revoir les images d’immersion en mer de fûts en béton contenant cette fois des batteries comme ce fût le cas avec les déchets nucléaires ou alors allons renvoyer aux producteurs sous forme de déchets nos batteries ?

La technologie pour la technologie ne sert à rien

Vouloir utiliser la technologie électrique à tout prix, pour montrer combien certaines compagnies maîtrisent la technologie nécessaire pour y arriver n’en fait pas une solution à imposer. Une technologie peu importe laquelle doit être une réponse à un besoin client qui remet en cause un business modèle et non l’inverse.

BlogBreakfast 3.0

Commentaire